(Communiqué de presse) D’entre les murs d’une église: les Montréalais se rassemblent en solidarité avec Mme Khurshid Begum Awan et les autres luttes des personnes vivant en sanctuaire à travers le Canada

Communiqué de presse

D’entre les murs d’une église: les Montréalais se rassemblent en solidarité avec Mme Khurshid Begum Awan et les autres luttes des personnes vivant en sanctuaire à travers le Canada

CAM01668Montréal, le 27 février 2014 – Aujourd’hui à midi, en lien avec des actions qui auront lieu à Toronto, Vancouver, et Hamilton, pour mobiliser contre la violence des détentions et des déportations, des montréalais.es  vont se réunir devant les bureaux d’immigration afin de dénoncer les injustices que la famille Awan doit affronter aux mains du système canadien d’immigration.  Ils et elles exigent que le ministre de l’immigration, Chris Alexander, utilise son pouvoir discrétionnaire pour régulariser immédiatement le statut de Khurshid Begum Awan.

Les conditions de vie dans l’église causent à Khurshid, sa fille Tahira Malik et son petit-fils Ali une quantité immense de stress quotidien. Depuis les six mois que Mme Awan a pris la decision difficile de se renfermer dans une église, les vies de tous les membres de la famille sont en suspens. En plus de tout ça, elle est n’a pas pu sortir de l’église pour aller à des rendez-vous médicaux importants. Sa condition cardiaque continue de se détériorer.

« Je suis constamment inquiète, » dit Khurshid Begum Awan de l’église.  « Je dois aller à l’hôpital, mais je ne peux pas ».

« Six mois c’est déjà assez, cette famille a dû endurer tellement de violence au Pakistan et ici, au Canada. C’est dans les mains de Chris Alexander, il doit explorer les voies légales et utiliser les pouvoirs discrétionnaires à sa disposition afin de donner à Khurshid un statut et il n’a rien fait. Nous exigeons qu’il agisse immédiatement. » dit Alex Matak, membre du comité de soutien pour la famille Awan.

CAM01669Par la mise en place d’une action créative et visuelle mettant en lumière les visages de quelques personnes et familles qui ont perdu la vie ou ont vu leurs vies mises en suspens face aux lois intransigeantes d’immigration, l’action d’aujourd’hui vise à souligner et créer des liens entre les différentes luttes des personnes réfugiées dans différentes églises à travers le pays.  Depuis dix ans, des dizaines d’individus et de familles ont fais le choix extrêmement difficile de se réfugier dans les églises partout au Canada. Dans le contexte des lois de plus en plus racistes et restrictives, les migrants se retrouvent dans des situations d’énorme précarité, certains poussés même à choisir la mort au lieu de confronter les menaces de la détention ou la déportation.

« La lutte de Khurshid pour la justice est aussi notre bataille,» a déclaré Jose Figueroa de l’église dans laquelle il s’est réfugié à Langley en Colombie-Britannique.« Ce n’est pas facile. Chaque jour, nous devons endurer le stress de ne plus avoir de liberté, nous allons nous rapprocher pour qu’enfin nos droit de migrants soient respectés. »

La famille Awan et leurs supporteurs exigent que le gouvernement octroie un statut à Mme. Khurshid Begum Awan immédiatement, permette à son mari Mohammad Kahlil Awan de revenir au Canada, et fasse en sorte que toute la famille, y compris Tahira et Ali, puissent vivre avec justice et dignité.